Nous sommes tous confrontés à un moment de notre vie à devoir se dire les choses, des vérités qu’on n’a pas envie d’entendre. Des vérités qu’on n’a pas envie de dire. On se trouve tout le temps une bonne ou une mauvaise raison pour ne pas faire ou ne pas se dire les choses.

On ne veut pas voir la réalité en face et on se contente de celle que l’on s’est faite.

On est tous tentés de ne pas vouloir entendre ce que l’autre veut nous dire. Pour ne pas faire de vagues. Par peur de se fâcher, des conséquences ou par crainte du regard des autres. Seulement, la peur vient de ce que l’ont ne connaît pas. Pourquoi donc redouter une situation tant qu’elle n’a pas été provoquée ?

On est prêt à s’accommoder de tout quand on a besoin des uns et des autres, ou aussi parce qu’on n’a pas les moyens pour lutter.

On peut toujours se dire que demain est un autre jour. Mais pour que les choses aillent mieux demain, il faut le décider.

Lorsque la souffrance est trop présente, il devient nécessaire de passer à l’action et se dire les choses, même si elles peuvent ne pas être faciles à mettre en place, à entendre ou à dire.

Il faut donc avoir de bonnes raisons pour prendre la décision de changer. Ce sont celles qui font que la vie que l’on vit n’est plus acceptable en l’état.