COUV_TANGRAM_BD.jpg 1/ L’objectivité n’existe pas.

Penser cela, c’est avoir un raisonnement jusqu’au-boutiste, voire se donner une bonne raison de ne pas mettre la réflexion dans ses priorités. Ce n’est pas parce qu’il y aura toujours des accidents de la route qu’on ne peut pas chercher à les réduire en redoublant d’attention envers les autres en conduisant. La démarche objective ne doit pas être considérée comme la quête d’un absolu ou de l’inaccessible, mais la recherche du meilleur équilibre possible. Prendre le temps d’écouter et tenir compte de l'avis d'autrui, c’est déjà un pas considérable vers l’objectivité.

2/ L’objectivité risque de nous faire perdre notre personnalité, d’éteindre notre originalité, notre différence. Elle est fade et neutre.

Au contraire, l’objectivité met en valeur ce qui nous singularise, ce qui nous révèle unique. L’objectivité développe la connaissance de soi (la Conscience), le moi intime (la Liberté), le moi social (la Réciprocité), le moi émotionnel (l’expressivité) et notre aptitude à la précision (l’Exactitude). Elle trouve un équilibre entre ces cinq fonctions indissociables.

3/ L’objectivité risque de nous faire perdre notre liberté.

Ce qui peut nous faire penser cela, c’est le fait de ne pas pouvoir faire intervenir nos « préférences personnelles » dans une décision. Pourtant, à regarder de plus près, ce sont plutôt nos « préférences personnelles » qui ne nous rendent pas libres de penser autrement et nous confortent dans nos certitudes. L’objectivité ne nous prive pas de notre Liberté, bien au contraire. Elle nous permet de développer l'espace de Liberté que nous croyons occupé par nos « préférences personnelles ».

4/ L’objectivité et l’impartialité, c’est pareil.

L’objectivité a une définition plus ouverte. « L’objectivité ne signifie pas impartialité mais universalité » : Raymond Aron.

5/ L’objectivité risque de nous faire perdre notre naturel.



Nous sommes nés naturels. Nos parents nous inculquent ce que nous pouvons faire et ce que nous devrions faire, la société nous apprend nos droits et nos devoirs. Notre éducation forge notre personnalité et fait de nous, en grande partie, ce que nous sommes. Notre naturel est refoulé et il y a un espace de spontanéité à reconquérir, en apprenant à desserrer les freins qui nous retiennent ou, à l’inverse, les resserrer. Il y a des situations :

- où le naturel tombe dans les excès du sans-gêne, de la grossièreté ou de l’agressivité;

- où le naturel devrait pouvoir percer mais nous ne le permettons pas par crainte de paraître ridicule aux yeux des autres.

Nous sommes plus naturels quand personne ne nous regarde, mais tout se complique dès que nous nous sentons observés ou jugés. Il faut réapprendre le naturel en dégrafant les corsets éducatifs trop rigides (ou le contraire). C’est le rôle de la fonction expressive.

6/ Pourquoi être objectif si les autres ne le sont pas ?

En d’autres termes, vous craignez d’être le ou la seul(le) à faire des efforts et que l’autre n’évolue pas dans le sens que vous espérez ?
Demandez-vous ce que devient le rapport Dominant/dominé, sans d. Si vous n’êtes pas en position d, comment voulez-vous qu’il reste en position D ? La position D ne peut se concevoir qu’à partir de l’existence d’une position dominée. Lorsque celle-ci n’existe pas, elle ne peut nourrir celle-là. Un fonctionnement perdure tant qu’il a ses serviteurs.
« Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux » : Etienne de la Boétie.
Chacun de nous peut apporter sa pierre pour construire un monde plus équilibré.

7/ Etre objectif, c’est être objectif tout le temps.

Non, bien sûr ! Et puis, ça n’est pas possible. Il y a des moments d’insouciance où nous laissons généralement libre cours à nos élans et à notre spontanéité. Mais, de telles situations peuvent parfois, elles aussi, se détériorer si nous n’y prenons pas garde. C’est la fonction Consciente qui assure une tâche de prévention, de contrôle et de régulation.

8/ Si nous orchestrons l’objectivité, n’est-ce pas de la manipulation ?

La Réciprocité, qui est un des cinq piliers de l’objectivité, est une attitude intérieure que les manipulateurs ne connaissent pas. Leur communication, en outre, n’est pas Libre, car la Liberté est pour nous définie comme l’expression authentique de soi, sans fard, sans artifice. La manipulation qui cherche à manœuvrer par des tactiques masquées, n’a, en effet, rien d’authentique.

9/ Toutes les vérités sont-elles bonnes à dire ?

Autrement dit, peut-on, sous prétexte de liberté d’expression, faire sciemment du tort ou du mal aux autres ? Lorsque nous communiquons, nous sommes responsables de ce que nous induisons. Parfois, il est vrai, quand nous sommes authentiques, certains peuvent mal réagir. Par exemple, si nous dénonçons des idéologies, nous pourrions choquer ceux qui ne pensent pas comme nous. Si nous ne le voulons pas, l’objectivité nous conduit à nous taire. Ce choix est un acte de Liberté. Mais, si nous pensons qu’il est important de faire connaître notre sentiment, alors n’hésitons pas et assumons ! Sachons qu’une sincérité sans retenue annonce une conduite Dominante, alors qu’une authenticité ligotée dénote une attitude dominée. Etre CLeRE consiste à se tenir à l’écart de D et d, ces deux pôles stressants, des zones d’excès ou d’insuffisances. C’est le rôle de la Réciprocité de tempérer une Liberté excessive. La Réciprocité nous sensibilise au respect d’autrui.

10/ A trop chercher à comprendre les besoins des autres, on finit par se faire avoir.

Notre indulgence, notre dévouement, notre écoute attentive, ne doivent pas s’exercer au détriment de notre équilibre. La Liberté saura nous rappeler que si nous avons des devoirs envers autrui, nous en avons aussi envers nous-mêmes. La négligence chronique de nos propres besoins finirait par :

- au mieux, produire une immense frustration;

- au pire, éteindre la flamme qui nous anime.

+ 1/ Etre dominant, n’est-ce pas un trait de personnalité ?

Lorsque nous sommes reposés, nous sommes moins enclins à nous comporter en Dominants que lorsque nous sommes exténués ou surchargés de travail. Ce type de personnalité s’explique, en partie, par :

- un apprentissage précoce du rapport de force et des réactions en chaîne consécutives ;
- le défaut d’apprentissage d’une alternative pacifique du fait d’une absence de modèle éducatif, probablement.

Un adulte responsable doit un jour décider de prendre sa vie en main, se reconstruire, revoir l’éducation qu’il a reçue, la compléter, la modifier pour s’adapter favorablement à son époque… qui n’est plus celle de ses parents.

L'objectivité ne cherche pas le rapport de force mais l'équilibre entre le Dominant et le dominé.


-> L'homme "naît" pas objectif
-> 10 idées reçues sur l'objectivité
-> Présentation des ateliers de l'objectivité
-> Objectifs pédagogiques
-> Modalités
-> Prérequis et public visé
-> Durée
-> Engagements


Source personnelle & "La Communication efficace" Editions Dunod